• De l'idée au projet…

    La genèse de KDOG en quelques mots.

    2 minutes pour tout comprendre en vidéo ci-contre.

    Photo © Philippe Brault / So On Pictures, 2016.

    Au début il y a une idée…

    Isabelle Fromantin, est la première infirmière française a obtenir un doctorat en sciences et ingénierie. Sa thèse porte sur les plaies et cicatrisations du cancer du sein, pour mieux comprendre les problématiques des malades et trouver des solutions pour celles et ceux qu’elle prend en charge au quotidien.

    Photo © Philippe Brault / So On Pictures, 2016.

    … et des rencontres avec des chercheurs…

    Ses travaux s'intéressent principalement aux matériaux (dispositifs médicaux) adaptés à la physiopathologie des plaies (organisation bactérienne et biofilm), ainsi qu'aux composés organiques volatils (notamment odorants) des plaies. Il s'agit d'améliorer la qualité du diagnostic et des soins des populations vulnérables (oncologie, gériatrie, pays émergents). Elle réunit chercheurs et cliniciens pour renforcer ses axes de recherche, et s'orienter vers la détection olfactive du cancer.

    … de nouvelles énergies rejoignent le projet…

    C’est ainsi qu'est né le projet KDOG : une équipe pluridisciplinaire composée de soignants, de pathologistes, de chimistes et d’experts cynophiles, prêts à mettre le formidable odorat des chiens au service du progrès médical.

    Dans un premier temps, clinicien-nes et pathologistes assureront le recueil d’échantillons. Les chiens seront formés par les experts cynophiles à repérer l'odeur des cellules cancéreuses. Différentes phases d'apprentissage sont nécessaires pour abaisser le seuil de sensibilité des chiens.

    Photo © Philippe Brault / So On Pictures, 2016.

    ... pour défier le cancer partout dans le monde !

    Puis les tests ne seront plus réalisés sur les échantillons de tumeurs, mais sur des compresses directement posées sur la peau des patients, permettant un dépistage « transcutané », non invasif et indolore. De la preuve scientifique à la modélisation du dispositif, le projet KDOG répond à la nécessité de simplifier le diagnostic pour l'étendre à toutes les populations concernées et à tous les types de cancers. Cette méthode de détection fiable, simple et peu onéreuse sera ainsi parfaitement adaptée et reproductible dans les pays émergents, où nombre de cancers ne sont tout simplement pas détectés.